Dad’s role / Le rôle du papa

claudia-doi

Photo: Claudia Tanasescu

It is a great source of pleasure to me when I hear a dad say, after the course, that he now knows what his role will be at birth. Traditionally relegated behind the birthing room door, asked to wait just outside until the baby is born, dads are now on the other side of the door. Inside the room. Yet everything else has stayed exactly the same. Do dads know what to expect? What to do? What birth is like? How many of us, men or women, have seen a birth, even on video, before we expected our first child? Not that many.

Is it a great wonder then that some dads are not sure what to do? That they sit slightly apart, slightly scared, wishing desperately to help but thinking there is nothing they can actually do? And moreover, that when a doctor, or a nurse comes in the room and sees a woman crying or moaning and a man standing by helplessly, to conclude that medical intervention is called for, and that it is the only way to help this couple get through this birth?

Yet how different it all could be, it all should be. In HypnoBirthing® we learn that birth is a natural physiological process; that the woman’s body is perfectly made to give birth securely, painlessly; and that we all have the power to train our mind in order to attain deep relaxation, which is the state in which the body’s natural processes can take over.

Can you begin to see where the dad, or the birth companion, fits in this? It is much easier to relax with someone you love. The beautiful memories you made together, the caresses you shared, the love you have for your baby, are all ties between you, things that make your couple unique. Remembering them, keeping them close will anchor the mother during birth, will hold her afloat. Fear and shock are the enemies of birth, because they stop the natural flow of endorphins and oxytocin which are essential. So imagine how the mother, the woman you love, will feel if you dim the lights, maybe put some music on, give her a massage, or read her something nice, like the affirmations for example. What will she do? What will she say? When was the last time you did something like that for her? Can you remember how you made her feel? The hormones of birth are the same as the hormones of love. Birth is an intimate event; a couple’s most private moment. The moment a dad has truly understood this, he has understood the importance of his role. No-one else can better hold, caress, reassure the woman you love; no-one else can create a safer, warmer space for your baby to be born in. No-one else can give the mother a better sense that this is a good place, a good world for her baby to be born in. When a woman can relax like that, her body does all the work. The baby’s body does the work too, but your baby is infinitely wise: she or he already knows this and can do it without any preparation whatsoever.

C’est un grand plaisir pour moi quand j’entends un père dire, après le cours, qu’il comprend maintenant quel est son rôle pour la naissance. Traditionnellement prié de rester en dehors de la salle d’accouchement, le père a maintenant franchi le pas de la porte: il est à l’intérieur. Mais rien d’autre n’a changé. Sait-il à quoi s’attendre? Que faire? Qu’est-ce que c’est que la naissance? Combien de nous, hommes ou femmes, avons vu une naissance, même en vidéo, avant que nous n’attendions notre premier enfant? 

Ce n’est peut-être pas surprenant alors que parfois les pères ne savent pas que faire dans le cadre de la naissance. Qu’ils s’installent un peu à part dans la salle, impressionnés, voudrant aider mais ne sachant pas que faire. Et alors, qu’un soignant qui entre dans la pièce, attiré.e peut-être par les cris ou les gémissement de la mère, conclut qu’une intervention médicale est nécessaire afin de sortir ce couple de l’impasse.

Pourtant, comme tout cela pourrait être, devrait être différent. En HypnoNaissance® nous apprenons que la naissance est un processus physiologique naturel; que le corps de la femme est parfaitement conçu pour donner naissance en sécurité et sans douleur; et que nous avons tous le pouvoir d’entraîner notre ésprit pour atteindre un état de relaxation profonde, afin que les processus naturels du corps puissent se manifester librement.

Commencez-vous à comprendre maintenant quelle est la place du père, du compagnon de naissance, dans ce cadre?  Il est tellement plus facile de se détendre avec quelqu’un que nous aimons. Les beaux souvenirs créés ensemble, les caresses partagées, l’amour que vous avez tous les deux pour votre bébé, sont tous des liens entre vous, des choses qui rendent votre couple unique. Lorsque la mère arrive à les garder en tête, à les tenir près d’elle pendant la naissance, elle se sentira ancrée, soutenue. La peur et le choque sont les ennemis de la naissance, car ils arrêtent le flux d’endorphines et d’ocytocine qui sont essentielles pour la naissance. Imaginez donc comment la femme que vous aimez, la mère de votre enfant, se sentira lorsque vous allumerez une lumière douce, mettrez un peu de musique, lui ferez un massage, oui lui lirez quelque chose d’agréable, comme les affirmations par exemple. Que fera-t-elle? Que dira-t-elle? Quand est la dernière fois que vous avez fait quelque chose de semblable pour elle? Vous rappelez-vous comment elle s’est senti? Les hormones de la naissance sont les mêmes que les hormones de l’amour. La naissance est un événement intime, comme les moments les plus privés d’un couple.  L’instant où un père a compris ceci, il a compris l’importance de son rôle. Personne d’autre ne peut mieux rassurer, caresser, prendre dans les bras la femme que vous aimez; personne d’autre ne peut mieux créer un espace plus paisible, plus chaleureux pour la naissance de votre bébé. Personne d’autre ne peut mieux insuffler chez la mère la confiance que ceci est un monde bienveillant où le bébé sera accueilli en sécurité. Quand une femme peut se détendre d’une telle façon, son corps est libre d’assumer le travail de la naissance sans entrave. Le corps du bébé travaille, lui aussi, lors de la naissance. Mais votre bébé a une sagesse infinie: elle ou il sait déjà tout cela et peut le faire sans aucune préparation. 

How to read affirmations/Comment lire les affirmations

In HypnoBirthing® we use affirmations for the mother and the birth partner as part of the practice of preparing for birth. They are listed on a page, bullet-pointed, and are meant to be read aloud or silently on a regular basis. And I recently found myself answering the question of how, exactly, are we supposed to read them? Take, for instance, the following: “I feel a natural anesthesia flowing through my body.” Here’s one way the thinking can go while we read: “oh, what is the name of the hormones with anesthetic properties again? Endorphins, I think, something like that. I wonder how they calculate their anesthetic properties. Does the anesthesia flow throughout the body, or is it effective only in certain regions?” And, moving quickly to the next sentence: “this should not take long to read at all, just have to remember to do it every day.” And as the eye quickly scans the page, moving closer and closer to the end, there could be other thoughts, like “am I supposed to memorize these sentences?” or: “some of these are kind of repetitive, you’d think the writer could have condensed them better!”

This is the kind of reading that we may have used in school for example, when we studied for an exam. It is the rational mind at its quickest, doing what it knows how: evaluate, judge, analyse, calculate. For some of us, this may be the only way we know how to read these days, simply because we’ve done it so often.

But there are many other ways to read. Virginia Woolf once advised: “do not try to dictate to your author; try to become him.”

Being the accomplice of a text, or of an author, is a different kind of reading altogether. We draw upon our imagination: “can I imagine feeling a natural anesthesia flowing through my body?”; upon our memory: “when has this happened to me before?”; and most of all, upon our ability to encompass, to englobe, to hold something in our minds: “can I stay for a while with the idea of a natural flow of endorphins coursing through my body, and allow it to have its effect on me?”

We can take the affirmations one by one in our mind in the same way in which we would stretch our hand to take smooth round pebbles on a beach. Seizing one, we cradle it in the palm of our hand and we look at it, pondering: can we feel its weight? Can we sense its outline, its smoothness, its colour? Can we allow the affirmation to nestle itself in our mind, the way the pebble does in the palm of our hand, and be curious about the effect it has there? Words change us, they impact the way our body and our mind work. Let the words of the affirmations come alive in your mind and observe the immense soothing and confidence-building effect they have.  Don’t go fast. Go slowly; ponder; savour. Enjoy.

En HypnoNaissance® nous pratiquons la lecture des affirmations pour la maman et le compagnon de naissance. Présentées sur une page, presqu’en forme de liste, elles se lisent à voix basse ou à voix haute, pour soi-même ou pour un autre. Je me suis retrouvée récemment en train d’expliquer comment, exactement, sommes-nous censé.e.s les lire? Prenons, par exemple, l’affirmation suivante: “Je ressens une anesthésie naturelle s’écouler à travers mon corps.” Voici une façon possible de penser pendant la lecture: “comment s’appellent les hormones aux propriétés anti-douleurs? Endorphines, je pense. Je me demande comment se calculent leur propriétés anesthésiques? Est-ce qu’on ressent l’anesthésie partout dans le corps, ou bien juste dans certaines régions?”  Et, en passant à la phrase suivante: “tout ça ne devrait pas prendre trop longtemps à lire, j’arriverai sûrement à les faire vite tous les jours.” Et pendant que l’oeil survole la page, en descendant vers le bas, encore d’autres pensées peuvent se présenter: “suis-je cens.é.e mémoriser cette page?” ou bien: “certaines phrases sont un peu répétitives, elles auraient pu être condensées, non?”

C’est le style de lecture que nous avons peut-être utilisé à l’école, lorsque nous étudiions pour un examen par exemple. C’est le cerveau rationnel par excellence, en train de faire ce qu’il fait de mieux: questionner, analyser, évaluer.  Pour certains d’entre nous, c’est peut-être la seule façon de lire que nous connaissons, tellement nous l’avons utilisée.

Mais il y a plein de façons de lire. Le conseil de Virginia Woolf était: “n’essayez pas de dicter à votre auteur; essayez de le devenir.”

Etre l’accomplice d’un texte, d’un auteur, est une façon de lire différente de la lecture rationnelle, analytique. On fait appel à l’imagination: “peux-je imaginer une anesthésie  naturelle s’écouler à travers mon corps?”; on fait appel à la mémoire: “quand est-ce que cela m’est-il déjà arrivé?” Surtout, on fait appel à notre faculté d’accueillir une idée à l’ésprit, de l’embrasser et la regarder de près: “peux-je rester quelques moments avec l’idée d’une rivière naturelle d’endorphines s’écoulant à travers mon corps, et voir l’effet que cela me fait?”

Nous pouvons nous emparer des affirmations de naissance de la même manière dont nous tendrions la main pour prendre des cailloux sur une plage. En attrapant un, on le soupèse dans la paume de la main et on se demande: peux-je sentir son poids? Apprécier son volume, sa forme, sa couleur? Peut-on laisser l’affirmation s’installer dans notre ésprit tel le caillou dans la paume de la main, et faire preuve de curiosité quant à son effet? Les mots nous changent, ils transforment la manière de réagir de notre corps, de notre ésprit. Laissons les mots des affirmations prendre vie dans notre tête, dans notre corps, et observons l’effet apaisant et rassurant qu’ils y ont. N’allons pas vite. Savourons; profitons.

 

Right time, medical time/Temps physiologique, temps médical

IMG_20170518_210336225

 

The conference at Paris’ own natural birth clinic (the CALM) has come and gone, and I am left with one overwhelming thought: how little-known physiological birth seems to be in the medical world. I have once heard a midwife talk about how, when birth is imminent, the mother’s toes curl in on themselves; the patch of skin right above her coccyx changes colour. How many birth professionals know these kinds of things, I wonder?

Jacqueline Lavillionière has been doing home births in France for 40 years. She said it took her 20 years to really understand the physiology of birth. A gynecologist in the audience raised her hand and said that she learned the physiology of birth from midwives, not as part of her medical training. As surprising as this seems at first sight, it is in fact easy to understand: medicine fixes problems, treats pathology. And when you spend your time thinking about what can go wrong, you start noticing signs of things going “wrong” all the time. Except that, in reality, the variety of what is normal and healthy can be quite great. Jacqueline Lavillionière talked about a woman giving birth to her fourth child, a healthy baby, at 43 weeks of pregnancy. Complete term is considered to be 41 weeks in France and 40 weeks in other countries. Under ordinary circumstances, the mother would have been induced. She would have been given artificial hormones, creating artificial contractions, leading perhaps to other medical interventions. But this mother had a midwife who understood that as long as the baby was doing well, the natural process of birth could take its course. So the baby was born peacefully, quietly, naturally, to a mother who enjoyed the natural euphoric effect of endorphins and oxytocin.

Madeleine Santraine who was also on the panel spoke of her experience as the midwife service coordinator at the Hospital of Tourcoing. (Incidentally, she is also the midwife who helped me with my daughter’s birth at the CALM where she worked in one of her previous professional lives).  She said that hospital practices change in response to demand from users,  patients. So if you are expecting a baby, talk to your medical practitioner about how you would like your birth to happen; learn about the natural process of birth; think of what interventions you are comfortable with and which you wish to avoid; make a birth plan. Birth is a beautiful, intimate event; create the right circumstances so that you can enjoy it as such.

 

La semaine dernière a eu lieu la conférence du CALM, la Maison de naissance parisienne, dans le cadre de  la Semaine Mondiale pour l’Accouchement Respecté. Le sujet était, ostensiblement, le temps, le terme, mais en écoutant les intervenant.e.s je suis restée avec une impression surtout: que la naissance physiologique est encore trop peu connue dans le monde médical. J’ai entendu une sage-femme dire que, lorsque la naissance est imminente, les orteils de la mère se serrent; la peau au-dessus de son coccyx change de couleur. Combien de professionnels de la naissance, je me suis dit, savent ces choses-là?

Voilà 40 ans que Jacqueline Lavillionière fait des accouchements à domicile en France. Une vraie pionnière. Cela lui a pris, dit-elle, 20 ans pour bien comprendre la physiologie de la naissance. Une gynécologue parmi le public a levé la main pour dire qu’elle avait appris la physiologie de la naissance avec des sages-femmes et non pendant sa formation médicale. Ceci peut paraître surprennant, mais il ne l’est pas: la médicine résout des problèmes, traite la pathologie. Or, quand on est habitué à chercher des “problèmes”, on en trouve. Seulement, la variété de ce qui est possible et normal dans la nature est grande, et il faut l’avoir vu pour le comprendre. Jacqueline Lavillionière a parlé d’une femme dont le bébé est né à 43 semaines révolues. Or, le terme en France est de 41 semaines, ailleurs de 40. Dans un milieu hospitalier, la mère aurait été déclenchée, elle aurait reçu des hormones artificielles pour induire des contractions artificielles qui aurait pu, qui sait, mener à d’autres interventions. A la place, cette mère qui bénéficiait du soutien d’une sage-femme qui comprenait que tant que le bébé allait bien, tout allait bien, a pu donner naissance à son bébé calmement, sereinement, tout en profitant des hormones libérées naturellement dans le corps lors de la naissance.

Madeleine Santraine, coordonnatrice en maïeutique à l’Hopital de Tourcoing et incidentellement la sage-femme qui m’a assistée pour la naissance de ma fille au CALM, a dit à plusieurs reprises que les pratiques hospitalières changent en réponse aux demandes des usagers, des patients. Il faut oser demander donc, avec gentillesse et persistence: parler de ses choix de naissance avec son médecin ou sage-femme; faire un plan de naissance; s’informer pour comprendre ce qui est possible; mettre tout en place et puis garder un ésprit curieux, flexible. La naissance est un bel événement, intime et puissant. Les parents peuvent créer les conditions pour qu’il soit respecté en tant que tel.

 

“I am the baby”/”Je suis le bébé”

HypnoBirthing classes have an exercise called “I Am the Baby”. In it, we raise some questions and consider them from the baby’s point of view. “Do I already feel welcome?” we ask ourselves, on behalf of the baby. “Do I feel loved? Do people speak to me tenderly every day?”

I used to think, or assume rather, that the baby in utero was just a… blob, let’s say. An unknown entity perhaps. I had never considered the possibility that the baby might have a conscience, for instance. Which meant that, when I became pregnant with my son, I was surprised to notice that he seemed to move along in my belly according to his own volition: I put my hand on the right hand side of my belly and he came to nestle against it; I took my right hand away and put my left hand on the other side of the belly and swift as a fish, he would swim over there and nestle against that hand. He did the same with his father’s hands while he was still so little that my husband did not feel even feel the baby’s movement from the outside. And I thought: “how could this be?”

And not only could he feel touch, but it quickly became clear that he could hear too. When I turned on the blender, a few inches away from the belly, he burrowed inside me as if to escape the sound. When we went to a wedding and danced to loud music, I could feel something was not right with him. And when I sat quietly once at the kitchen table and a message chirped on my phone, my baby started, surprised, just like a real person sitting next to me, absorbed in an activity, would have.

And I thought – does no-one talk about these things? Or did I just not listen when people did? My baby was an agent of his own life way before I even thought his life properly began. Which brought me in HypnoBirthing class to the discussion of what is it like for the baby to go through the birth?

 

Dans le cadre des cours HypnoNaissance nous faisons un exercice dans lequel nous adoptons le point de vue du bébé. “Me sens-je déjà accueilli.e?” nous demandons pour lui. “Suis-je déjà aimé.e? Me parle-t-on tendrement tous les jours?”

Avant de devenir mère, je pensais que le bébé dans le ventre n’avait pas de conscience, qu’il était quelque chose à mi-chemin entre légume et personne. Une entité inconnue, sans volonté propre. Lorsque je suis devenue enceinte, grande fut ma surprise quand j’ai découvert que le bébé bougeait dans mon votre selon une volonté qui lui était propre: je mettais ma main du côté droit de mon ventre et le bébé venait se lover contre elle; j’enlevais ma main droite en mettant ma main gauche de l’autre côté et le bébé, agile comme un poisson, allait aussi de l’autre côté. Il faisait la même chose quand son père mettait les mains sur mon ventre: il venait se blottir contre ses paumes. Le bébé était tellement petit au début, que mon mari ne le sentait même pas de l’extérieur. Et j’ai pensé: “comment est-ce possible?”

Non seulement pouvait le bébé sentir le toucher, mais j’ai vite compris qu’il entendait aussi les sons. Si j’utilisais le blender, le bébé qui se retrouver à seulement quelques centimètres du bruit tournait en moi comme s’il essayait de se cacher. Au mariage de nos amis, je sentais bien que la musique forte dérangeait le bébé. Et lorsque j’étais assise à la table de la cuisine et un message a fait sonner mon téléphone portable, mon bébé a sursauté dans mon ventre, comme l’aurait fait une personne assise à côté de moi, absorbée dans une activité.

Pourquoi est-ce que personne ne parle de ces choses-là? Serait-il possible qu’on m’en a déjà parlé et je n’ai tout simplement pas écouté? Cela peut arriver si facilement parfois. Mon bébé était un agent de sa vie avant que sa vie, selon ma définition antérieure, n’avait pas vraiment commencé. Ce qui m’a amenée à demander: que vit le bébé lors de la naissance?

40 weeks? Birth has a right time, not the medical time / Temps physiologique, temps médical

The natural birth clinic CALM invites us to explore the topic of birth and discuss certain medical practices. The theme this year is timing, explored via an excellent panel of speakers. Attendance is free but participants must sign up by emailing smar@mdncalm.org

Venez échanger et débattre autour de la naissance, et plus spécifiquement sur le temps physiologique et le temps médical, sur la notion de terme et ce qu’il en découle, avec :

** JACQUELINE LAVILLONNIERE, sage-femme libérale,
** YVES HENNEQUIN, pédiatre néonatologue et Chef de clinique adjoint du Service Néonatal de l’Hôpital Erasme à Bruxelles,
** MADELEINE SANTRAINE, sage-femme et coordonnatrice en maïeutique au Centre Hospitalier de Tourcoing,
et *** JOËL HUVENEERS, gynécologue obstétricien à la Maternité de Lillebonne.

Une soirée pour se rencontrer et réfléchir ensemble.
Entrée libre et ouverte à tou-t-e-s
Information et inscription sur smar@mdncalm.org