Les cours recommencent/Classes starting again

P3450982

Il n’y a pas de saison pour les bébés, comment s’explique-t-il donc qu’il y a tellement plus d’intérêt à la rentrée pour l’HypnoNaissance? Il faut croire que les mamans et papas ont eux aussi passé du temps à la plage… Quoi qu’il en soit, les cours recommencent, individuellement ou en groupe, à Paris dans le 11ème où Saya et Antoaneta mettent à disposition leur magnifique café Amami afterhours pour l’HypnoNaissance!

 

Mindfulness and HypnoBirthing in Romania / Pleine conscience et HypnoNaissance en Roumanie

I am in Timisoara for a couple of weeks and I am teaching what is, as far as I know, the first HypnoBirthing class in this part of the country.

I was interviewed (in Romanian) by my friend and former classmate Ioana Vartosu, MD, who prepares mommies and daddies for their baby’s arrival. The theme was “practical advice for a natural birth”. I took about 40 minutes to say the following, in a nutshell:

1/ Study the physiological process of birth so you can understand how the mother’s body and the baby’s body are perfectly suited for a safe natural birth.

2/ Formulate a birth plan and communicate it.

3/ Understand the importance of having a safe nurturing environment during labour and birth and take steps to secure it.

4/ Teach your mind how to relax using breathing, visualisation and meditation techniques.

5/ Surround yourself with good, positive birth stories.

Oh and there’s a short body scan relaxation around minute 41.

 

HypnoBirthing in Timisoara/HypnoNaissance à Timisoara

Scoala Mamei Junior, created by Ioana Vartosu, pediatrician and a friend of mine, will host HypnoBirthing classes for the next couple of weeks. I am excited to be bringing this method to Timisoara! Here’s an interview I gave to explain what it is.

Scoala Mamei Junior crée par Ioana Vartosu, pédiatre et amie, acueilliera les premiers cours d’HypnoNaissance à Timisoara! Voici un entretien que j’ai donné pour expliquer la méthode.

Blanket the baby in your attention / Envelopper le bébé dans votre attention

Blanket-the-baby

What does a newborn baby need? Parents often wonder. A cot; clothes; a changing table; talc. Pushchair or wrap? Bottle or breast? Separate room or in with the parents? And, once all these have been resolved: is that it? Have we thought of everything?

Sure, a baby can use all that, or some of that. But what a baby needs most is her parents’ attention. Did you know that attention is a form of love? Just like patience, attention is a way of saying to someone: I am here and I dedicate myself entirely, for this present moment, to you, my darling. Thoughts jostle with each other for attention from me; fear competes against fear, in order to be uppermost in my mind; obsession crowds out obsession. But I let all those things be, I let them rise and fall and do their usual dance; they do not concern me, because I am with you now, my baby, my love. I am placing my attention on you.

And what does it mean to give our attention to someone? It does not mean to wish they would entertain us, or to imagine they are great, or smart, or charming, and then to expect them to be so. Other people are not here to make us feel good, to impress us, to make us feel useful. No, they are here, just as they are, moment by moment. And in some moments, they may be ready for a connection.

Have you noticed that sometimes, if you put your hand on your belly, the baby may stop moving and listen to you? Your baby is giving you her full attention; she is making a connection. This is what you can do for your baby too, both now and after the birth: give her your full attention.

The way to do that before the birth is to stop occasionally and turn your attention to the belly: is the baby sleeping? is she moving? can you say a few words, even if just in your mind, to your baby? can you take better care of your body, of your mind? Can you fully embrace, even before the birth, the thought that this new baby will change your lives?

And once the baby is born, give yourself permission to blanket her in your attention completely, entirely, wholly. For those first few weeks, for those first few months, keep her close to you, hold her, breastfeed if you can; watch her, talk to her, make a practice of understanding her: is she cold, is she hot? is she hungry, is she full? is she happy, is she worried? Enjoy her, for all that she has to offer. The expression of her face when she watches you, the way her lips pucker up to suckle in her sleep, the way the little legs agitate themselves it the air and push up against your hand. Your baby is so precious. Many people wish later on in life that they had made the most of their time with their children. You are lucky, because your opportunity to enjoy your child is coming up now.

Que veulent les nouveau-nés? De quoi ont-ils besoin? On se pose souvent ces questions lorsqu’on devient parent. Il y a les choses évidentes: un berceau; des couches; une table à langer; du talc. Et puis: pousette ou écharpe? Biberon ou sein? Chambre à part ou avec les parents? Et une fois que tout cela a été réglé, on respire un bon coup. A-t-on pensé à tout?

Une fois les questions matérielles réglées, le reste vient naturellement. L’amour vient naturellement. Bien sûr, mais il serait peut-être utile de réfléchir à ceci: l’attention que l’on accorde à son bébé, à son enfant, tout comme la patience dont on fait preuve avec lui, sont aussi des formes d’amour. Car offrir son attention à quelqu’un veut dire: je suis présent.e et je me consacre, pour le moment présent, à toi. Des pensées virevoltent, essayant de gagner mon attention; des peurs s’entremêlent dans mon esprit; obsession poursuit obsession. Mais je laisse faire toutes ses choses; je les laisse monter, puis s’éteindre; elles font leur danse. Elles ne me concernent pas, car je suis avec toi, mon bébé, mon amour. Je te donne mon attention.

Que veut cela dire encore, de donner son attention à quelqu’un? Cela ne veut pas dire de souhaiter qu’ils nous amusent ou qu’ils soient conformes à l’idée que l’on se fait d’eux. Le rôle des autres n’est pas de nous distraire, nous épater, nous rendre utiles. Non, les autres nous offrent leur présence simplement, en vivant leur vie moment par moment, comme nous le faisons aussi. De temps en temps, peut-être, ils nous tendront la main.

Avez-vous remarqué que parfois, si vous mettez la main sur le ventre, le bébé arrête ses mouvements, comme s’il vous écoutait? Votre bébé vous donne toute son attention; il s’ouvre à vous. C’est ce que vous pouvez faire aussi, avant et après la naissance: vous ouvrir vers lui à votre tour.

Comment faire ceci donc? Avant la naissance, c’est de s’arrêter de temps en temps et tourner son attention vers le bébé: est-ce qu’il dort en ce moment? est-ce qu’il bouge? Pouvez-vous lui dire quelque mots, ne serait-ce que dans votre esprit? C’est aussi de se préparer le corps et l’esprit pour le bébé: les deux parents peuvent adopter une alimentation plus saine, ralentir un peu leur rythme, et rentrer moins dans le jeu des pensées, désirs, envies, idées, opinions, obsessions, peurs, qui nous assaillent chaque jour.  C’est d’accepter pleinement, même avant la naissance, que cette nouvelle personne dans votre vie vous fera changer d’habitudes, vous en fera peut-être découvrir d’autres, et a besoin d’avoir sa place dans votre famille, dans vos vies.

Et lorsque le bébé est né, vous pouvez l’envelopper dans votre attention complètement, entièrement, pleinement. Pendant ses premières semaines, pendant ses premiers mois, gardez votre bébé près de vous, tenez-le dans vos bras, allaitez-le si vous le pouvez. Regardez-le, parlez-lui, exercez-vous à son écoute: a-t-il chaud ou froid? Faim ou soif? Est-il content ou fatigué? Profitez de lui, pour tout ce qu’il a à vous offrir. L’expression dans ses yeux lorsqu’il vous regarde; sa bouche en train de téter pendant son sommeil; ses jambes dodues s’agitant dans l’air au moment du change. Votre bébé est tellement précieux. Plus tard dans la vie, certains parents regrettent ne pas avoir profité pleinement de leurs enfants. Vous, vous avez de la chance: votre moment de profiter de votre enfant s’approche maintenant.   

 

What the birthing mother hears / Ce que la femme entend quand elle accouche

TeIubescClaud

Photo: I love you/Je t’aime – Claudia Tanasescu

It sometimes comes as a surprise to people to hear that the mother may be in an altered state of consciousness during labour and birth. What do you mean? The dad asks. Will she still be able to hear, speak, react? And underneath that question, unstated, there is perhaps a little fear: how will the birth of this baby change our lives? How has it already changed my life partner? When the baby’s here, she’ll still be my wife, my companion, my friend. Won’t she?

Of course she will. It is true that the pregnancy has changed her: she is becoming a mother, just as you are becoming a father. But this little baby, about to be born now, is something you both share; your most precious project.

So what is birth like for the mother? It is an intimate event, as I have written before. And when labour really gets going, it is something that will require her entire attention. A friend of mine said: “I was in a bubble during the birth of my son”; another mother said “I was in a space inside my head”; and yet another “I was here, and not here at the same time.”

In hypnosis, the mind is in a liminal state: the body is deeply relaxed and may even look asleep from the outside; the racing, active thoughts we experience in our day-to-day have settled down, gone to sleep; but the mind is present and aware, not asleep at all. This is how it is for the woman in labour, too. She may withdraw into herself: we often see women hide their face in the nook of their arm. She may not be keen to interact, or make conversation. She may even make noises you have not heard her make before. And yet for all this, does it mean that she is gone, absent somehow? Can she hear you, understand you, can you get through to her?

Of course you can. The mother in labour is in fact supremely aware of her surroundings. She will remember everything that you and the midwife will say during birth. Her perception is in fact heightened, her senses more awake. In this state, just like someone during hypnosis, she is very suggestible: the simple gesture of your hands resting on her shoulders can be immensely strengthening to her (or not: you have to make sure you understand what feels good to her). Just feeling your presence close by can be immensely calming to her. And every suggestion you make to her will sink in, whether she looks like she is listening or not. A song you play on the stereo can touch her so deeply that she will forever associate it with the birth of her baby. A phrase the midwife utters will be the stuff of stories to her child when he is 10, or 20 years old. A loving caress from you will sink into her body, into her mind like a soothing balm.

There should be no rushing, no shouting, no impatience or sharpness in the birthing room. No screaming push! you can do this! awesome! as if birth were a sports competition. The birthing mother hears everything and everything sinks in. This is why we only want beautiful suggestions for her and her baby.

 

Cela peut paraître surprennant d’entendre que la mère peut être dans un état modifié de conscience pendant l’accouchement. Que voulez-vous dire? Dit le père. Sera-t-elle toujours capable de parler, d’entendre, de réagir? Car, implicite dans cette question il y a peut-être une peur: comment ce bébé va-t-il changer nos vies? Comment a-t-il déjà changé mon épouse?  Quand le bébé sera né, ma femme sera toujours ma compagnie, ma moitié, mon amie. N’est-ce pas?

Bien sûr qu’elle le sera. Il est vrai que la grossesse l’a changée: elle est en train de devenir mère, tout comme vous êtes en train de devenir père. Mais ce bébé, qui naîtra bientôt, est un projet à vous tous les deux: votre plus belle oeuvre. 

Alors comment la mère vit-elle l’accouchement? La naissance est un événement intime, comme je l’ai dit par ailleurs. Et lorsque le travail s’intensifie, elle demandera toute l’attention de la mère. Une de mes amies disait qu’elle se sentait comme dans une bulle pendant la naissance de son fils; une autre amie qu’elle était dans un endroit qui s’était créé dans sa tête; et une autre qu’elle se sentait présente et ailleurs en même temps.

En hypnose, la personne est dans un espace liminal: le corps est profondément relâché et peut même paraître endormi, vu de l’extérieur; les pensées agitées, actives du quotidien se sont quelque peu endormies; mais l’esprit est en éveil, présent. C’est comme cela aussi pour la femme qui accouche. Elle se retirera peut-être au fond d’elle-même: on voit souvent des femmes cacher leur visage dans le creux de leur bras. Elle n’aura peut-être pas envie de parler. Elle émettra peut-être des sons que vous ne l’avez jamais entendu faire avant. Et pourtant, est-ce que cela veut dire qu’elle est absente pour le moment, partie? Peut-elle vous entendre, vous sentir proche?

Bien sûr que oui. L’esprit de la mère est en éveil pendant l’accouchement. Elle se souviendra de tous ce que l’on dit autour d’elle pendant la naissance. Sa perception est en fait plus vive, ses sens plus aigus. Dans cet état, tout comme pendant l’hypnose, elle est très suggestible: le geste de vos mains posées sur ses épaules peut être un énorme soutien pour elle (ou pas: il faut s’assurer de ce dont elle a envie). Votre présence auprès d’elle, même sans parole ou geste, peut la reconforter par le simple fait de vous sentir proche.  Et chaque suggestion qu’elle entend la fait réagir, même si elle n’a pas l’air de l’avoir entendue. Une chanson sur le stéréo lui rapellera son accouchement pendant le reste de sa vie. Une parole dite par la sage-femme en quittant la pièce sera remémorée et racontée à l’enfant dans 10 ou 20 ans. Un geste de tendresse de votre part la touchera en lui faisant du bien.

Il ne devrait pas y avoir un seul cri, une seule voix montante, aucune impatience ou geste brusque dans la salle d’accouchement. Nul besoin de crier poussez! Bravo! Super! Une naissance n’est pas un événement sportif. La mère qui donne la vie entend tout, réagit à tout. C’est pourquoi elle et son bébé ne devraient entendre que de belles choses.

Dad’s role / Le rôle du papa

claudia-doi

Photo: Claudia Tanasescu

It is a great source of pleasure to me when I hear a dad say, after the course, that he now knows what his role will be at birth. Traditionally relegated behind the birthing room door, asked to wait just outside until the baby is born, dads are now on the other side of the door. Inside the room. Yet everything else has stayed exactly the same. Do dads know what to expect? What to do? What birth is like? How many of us, men or women, have seen a birth, even on video, before we expected our first child? Not that many.

Is it a great wonder then that some dads are not sure what to do? That they sit slightly apart, slightly scared, wishing desperately to help but thinking there is nothing they can actually do? And moreover, that when a doctor, or a nurse comes in the room and sees a woman crying or moaning and a man standing by helplessly, to conclude that medical intervention is called for, and that it is the only way to help this couple get through this birth?

Yet how different it all could be, it all should be. In HypnoBirthing® we learn that birth is a natural physiological process; that the woman’s body is perfectly made to give birth securely, painlessly; and that we all have the power to train our mind in order to attain deep relaxation, which is the state in which the body’s natural processes can take over.

Can you begin to see where the dad, or the birth companion, fits in this? It is much easier to relax with someone you love. The beautiful memories you made together, the caresses you shared, the love you have for your baby, are all ties between you, things that make your couple unique. Remembering them, keeping them close will anchor the mother during birth, will hold her afloat. Fear and shock are the enemies of birth, because they stop the natural flow of endorphins and oxytocin which are essential. So imagine how the mother, the woman you love, will feel if you dim the lights, maybe put some music on, give her a massage, or read her something nice, like the affirmations for example. What will she do? What will she say? When was the last time you did something like that for her? Can you remember how you made her feel? The hormones of birth are the same as the hormones of love. Birth is an intimate event; a couple’s most private moment. The moment a dad has truly understood this, he has understood the importance of his role. No-one else can better hold, caress, reassure the woman you love; no-one else can create a safer, warmer space for your baby to be born in. No-one else can give the mother a better sense that this is a good place, a good world for her baby to be born in. When a woman can relax like that, her body does all the work. The baby’s body does the work too, but your baby is infinitely wise: she or he already knows this and can do it without any preparation whatsoever.

C’est un grand plaisir pour moi quand j’entends un père dire, après le cours, qu’il comprend maintenant quel est son rôle pour la naissance. Traditionnellement prié de rester en dehors de la salle d’accouchement, le père a maintenant franchi le pas de la porte: il est à l’intérieur. Mais rien d’autre n’a changé. Sait-il à quoi s’attendre? Que faire? Qu’est-ce que c’est que la naissance? Combien de nous, hommes ou femmes, avons vu une naissance, même en vidéo, avant que nous n’attendions notre premier enfant? 

Ce n’est peut-être pas surprenant alors que parfois les pères ne savent pas que faire dans le cadre de la naissance. Qu’ils s’installent un peu à part dans la salle, impressionnés, voudrant aider mais ne sachant pas que faire. Et alors, qu’un soignant qui entre dans la pièce, attiré.e peut-être par les cris ou les gémissement de la mère, conclut qu’une intervention médicale est nécessaire afin de sortir ce couple de l’impasse.

Pourtant, comme tout cela pourrait être, devrait être différent. En HypnoNaissance® nous apprenons que la naissance est un processus physiologique naturel; que le corps de la femme est parfaitement conçu pour donner naissance en sécurité et sans douleur; et que nous avons tous le pouvoir d’entraîner notre ésprit pour atteindre un état de relaxation profonde, afin que les processus naturels du corps puissent se manifester librement.

Commencez-vous à comprendre maintenant quelle est la place du père, du compagnon de naissance, dans ce cadre?  Il est tellement plus facile de se détendre avec quelqu’un que nous aimons. Les beaux souvenirs créés ensemble, les caresses partagées, l’amour que vous avez tous les deux pour votre bébé, sont tous des liens entre vous, des choses qui rendent votre couple unique. Lorsque la mère arrive à les garder en tête, à les tenir près d’elle pendant la naissance, elle se sentira ancrée, soutenue. La peur et le choque sont les ennemis de la naissance, car ils arrêtent le flux d’endorphines et d’ocytocine qui sont essentielles pour la naissance. Imaginez donc comment la femme que vous aimez, la mère de votre enfant, se sentira lorsque vous allumerez une lumière douce, mettrez un peu de musique, lui ferez un massage, oui lui lirez quelque chose d’agréable, comme les affirmations par exemple. Que fera-t-elle? Que dira-t-elle? Quand est la dernière fois que vous avez fait quelque chose de semblable pour elle? Vous rappelez-vous comment elle s’est senti? Les hormones de la naissance sont les mêmes que les hormones de l’amour. La naissance est un événement intime, comme les moments les plus privés d’un couple.  L’instant où un père a compris ceci, il a compris l’importance de son rôle. Personne d’autre ne peut mieux rassurer, caresser, prendre dans les bras la femme que vous aimez; personne d’autre ne peut mieux créer un espace plus paisible, plus chaleureux pour la naissance de votre bébé. Personne d’autre ne peut mieux insuffler chez la mère la confiance que ceci est un monde bienveillant où le bébé sera accueilli en sécurité. Quand une femme peut se détendre d’une telle façon, son corps est libre d’assumer le travail de la naissance sans entrave. Le corps du bébé travaille, lui aussi, lors de la naissance. Mais votre bébé a une sagesse infinie: elle ou il sait déjà tout cela et peut le faire sans aucune préparation. 

How to read affirmations/Comment lire les affirmations

In HypnoBirthing® we use affirmations for the mother and the birth partner as part of the practice of preparing for birth. They are listed on a page, bullet-pointed, and are meant to be read aloud or silently on a regular basis. And I recently found myself answering the question of how, exactly, are we supposed to read them? Take, for instance, the following: “I feel a natural anesthesia flowing through my body.” Here’s one way the thinking can go while we read: “oh, what is the name of the hormones with anesthetic properties again? Endorphins, I think, something like that. I wonder how they calculate their anesthetic properties. Does the anesthesia flow throughout the body, or is it effective only in certain regions?” And, moving quickly to the next sentence: “this should not take long to read at all, just have to remember to do it every day.” And as the eye quickly scans the page, moving closer and closer to the end, there could be other thoughts, like “am I supposed to memorize these sentences?” or: “some of these are kind of repetitive, you’d think the writer could have condensed them better!”

This is the kind of reading that we may have used in school for example, when we studied for an exam. It is the rational mind at its quickest, doing what it knows how: evaluate, judge, analyse, calculate. For some of us, this may be the only way we know how to read these days, simply because we’ve done it so often.

But there are many other ways to read. Virginia Woolf once advised: “do not try to dictate to your author; try to become him.”

Being the accomplice of a text, or of an author, is a different kind of reading altogether. We draw upon our imagination: “can I imagine feeling a natural anesthesia flowing through my body?”; upon our memory: “when has this happened to me before?”; and most of all, upon our ability to encompass, to englobe, to hold something in our minds: “can I stay for a while with the idea of a natural flow of endorphins coursing through my body, and allow it to have its effect on me?”

We can take the affirmations one by one in our mind in the same way in which we would stretch our hand to take smooth round pebbles on a beach. Seizing one, we cradle it in the palm of our hand and we look at it, pondering: can we feel its weight? Can we sense its outline, its smoothness, its colour? Can we allow the affirmation to nestle itself in our mind, the way the pebble does in the palm of our hand, and be curious about the effect it has there? Words change us, they impact the way our body and our mind work. Let the words of the affirmations come alive in your mind and observe the immense soothing and confidence-building effect they have.  Don’t go fast. Go slowly; ponder; savour. Enjoy.

En HypnoNaissance® nous pratiquons la lecture des affirmations pour la maman et le compagnon de naissance. Présentées sur une page, presqu’en forme de liste, elles se lisent à voix basse ou à voix haute, pour soi-même ou pour un autre. Je me suis retrouvée récemment en train d’expliquer comment, exactement, sommes-nous censé.e.s les lire? Prenons, par exemple, l’affirmation suivante: “Je ressens une anesthésie naturelle s’écouler à travers mon corps.” Voici une façon possible de penser pendant la lecture: “comment s’appellent les hormones aux propriétés anti-douleurs? Endorphines, je pense. Je me demande comment se calculent leur propriétés anesthésiques? Est-ce qu’on ressent l’anesthésie partout dans le corps, ou bien juste dans certaines régions?”  Et, en passant à la phrase suivante: “tout ça ne devrait pas prendre trop longtemps à lire, j’arriverai sûrement à les faire vite tous les jours.” Et pendant que l’oeil survole la page, en descendant vers le bas, encore d’autres pensées peuvent se présenter: “suis-je cens.é.e mémoriser cette page?” ou bien: “certaines phrases sont un peu répétitives, elles auraient pu être condensées, non?”

C’est le style de lecture que nous avons peut-être utilisé à l’école, lorsque nous étudiions pour un examen par exemple. C’est le cerveau rationnel par excellence, en train de faire ce qu’il fait de mieux: questionner, analyser, évaluer.  Pour certains d’entre nous, c’est peut-être la seule façon de lire que nous connaissons, tellement nous l’avons utilisée.

Mais il y a plein de façons de lire. Le conseil de Virginia Woolf était: “n’essayez pas de dicter à votre auteur; essayez de le devenir.”

Etre l’accomplice d’un texte, d’un auteur, est une façon de lire différente de la lecture rationnelle, analytique. On fait appel à l’imagination: “peux-je imaginer une anesthésie  naturelle s’écouler à travers mon corps?”; on fait appel à la mémoire: “quand est-ce que cela m’est-il déjà arrivé?” Surtout, on fait appel à notre faculté d’accueillir une idée à l’ésprit, de l’embrasser et la regarder de près: “peux-je rester quelques moments avec l’idée d’une rivière naturelle d’endorphines s’écoulant à travers mon corps, et voir l’effet que cela me fait?”

Nous pouvons nous emparer des affirmations de naissance de la même manière dont nous tendrions la main pour prendre des cailloux sur une plage. En attrapant un, on le soupèse dans la paume de la main et on se demande: peux-je sentir son poids? Apprécier son volume, sa forme, sa couleur? Peut-on laisser l’affirmation s’installer dans notre ésprit tel le caillou dans la paume de la main, et faire preuve de curiosité quant à son effet? Les mots nous changent, ils transforment la manière de réagir de notre corps, de notre ésprit. Laissons les mots des affirmations prendre vie dans notre tête, dans notre corps, et observons l’effet apaisant et rassurant qu’ils y ont. N’allons pas vite. Savourons; profitons.